Le pro du mois

Nord Tourisme : Sophie, pouvez-vous, en quelques lignes, dresser votre portrait et nous faire part de votre parcours ?

pro du mois

Sophie Boniface - conservatrice du Fort de Seclin.

Mes parents sont à l'initiative du projet depuis plus de 40 ans maintenant. Mes deux jeunes frères et moi même reprenons le flambeau à leur côté. Ce projet familial nous a mené au cœur d'une aventure contemporaine. Imaginez, passer d'une maison Lilloise à une fortification perdue au cœur d'une plaine de 100 hectares. Aujourd'hui, le fort est métamorphosé et nous en sommes très fiers. Il est passé d'une friche à l'abandon et malfamée en un lieu magnifique où la nature et l'histoire règnent.

Bien avant cela, les enfants de la famille ont été élevés au milieu de pièces de collection, de discussions de spécialistes passionnés et de voyages ayant comme point commun l'histoire de la Grande Guerre. Mes parents avaient une telle collection dans la maison natale de Lille qu'un jour, il nous a semblé évident de créer un musée afin de partager avec le public nos connaissances. Nous avons cherché le site idéal quelques années et avons même proposé la réalisation de notre musée aux villes de Fromelles, d'Arras et de Doullens. Notre projet ne rencontrant pas d'intérêt, nous avons donc commencé à orienter nos recherches vers d’autres régions. Quand par hasard, nous avons appris que le Fort de Seclin était à céder. Nous sommes tombés sous le charme du site. Nous nous sommes rapprochés de la mairie de Seclin. Le maire et le conseil municipal se sont tout de suite montré intéressés. De façon très engagé, le fort nous a été confié en 1996, charge à nous de le restaurer et de l'ouvrir au public. Ce qui a été fait en 2003. 

Depuis 1996, je suis chargée de la communication pour le fort et participe à la fois au travaux de restauration du site et de la conservation du musée. C'est une activité que j'ai toujours pratiqué en plus de mes activités professionnelles. Aujourd'hui, directrice de l'office de tourisme de Seclin et environs, cette expérience apporte à ma fonction la sensibilité nécessaire à la compréhension des opérateurs privés culturels.

La particularité du Fort de Seclin est que nous sommes un musée privé géré par une famille qui en plus vit dans le site. Ce style de vie est plus courant chez les propriétaires de château. C'est un engagement, voire une philosophie de vie. J'ai qualifié ce format "Les musées d'hôtes". Sur le même principe que les chambres d'hôtes, les propriétaires accueillent chez eux et proposent un accompagnement personnalisé. La démarche de fédérations de ces sites est en cours en vue de l'édition d'un guide touristique.

NT : 2014 marquera la première année de la Commémoration de la Grande Guerre. Comment le Fort de Seclin s’investit dans cet évènement et s’organise ?

Sophie : Le travail de mémoire est aussi fort que ce soit avant, pendant ou après le centenaire. Cela dit, le centenaire permet à toute la filière touristique de travailler ensemble sur le sujet. C'est une belle façon de réaliser un travail collectif et de cohésion sur une tranche d'histoire moderne pour laquelle de nombreux nordistes ont encore des attaches et souvenirs familiaux sensibles. Cela permet aussi à de nombreux collaborateurs de découvrir et de s'approprier un sujet difficile au premier abord.

Pour ce qui concerne les activités du fort, nous favorisons les échanges avec le public par l’approche des objets exposés au musée mais aussi porter la réflexion sur le vécu de ces hommes par le biais d’artistes contemporains qui ont bien voulu se transposer et ont réalisé des œuvres avec leurs connaissances qu’ils ont de ce conflit.

Nous relevons aussi l'ultime challenge de l'attelage d'artillerie et bien sur la journée du Poilu, reconstitution historique les 18 et 19 octobre 2014.

NT : Qu’attendez vous touristiquement des temps forts mémoriels qui vous se succéder ?

Sophie  Les temps forts mémoriels vont permettre aux acteurs de la filière mémoire de mieux se connaître et échanger. J'espère aussi que nous allons pouvoir nous faire connaitre encore un peu plus du public. J'aimerais aussi que les tours opérateur étrangers découvrent le site à cette occasion afin de continuer des échanges bien au delà du centenaire

NT : Quelles sont vos relations avec Nord Tourisme ?

Sophie : Nord Tourisme est notre partenaire institutionnel privilégié depuis la naissance du musée soit plus de 10 ans. Les techniciens ont toujours été à nos côtés pour nous conseiller, faire la promotion du site. C'est un soutien important avec lequel nous avons une relation permanente.

pro du mois 2

NT : Quels sont les services ou outils auxquels vous faites appel ?

Sophie : Aujourd'hui nous utilisons la place de marché, la lettre de Juliette, Marianne et Nicole. Et participons dès que possible aux accueils presse.

NT : Qu’attendez-vous en termes d’accompagnement et d’initiatives de la part des institutionnels du tourisme, OT ADRT, CRT ?

Sophie : Très sincèrement, aujourd'hui le musée est bien ancré dans la patrimoine régional. Nous travaillons en bonne entente avec l'ensemble des partenaires du réseau. J'ai juste deux très importantes attentes qui datent, elles, de quelques années :

- que la région reconnaisse les musées privés et associatifs comme des forces vives et les intègres dans les même brochures que les musées de France. Grâce à son approche "Créateurs d'Horizons", c'est très facile à imaginer et pertinent de le faire.

- intégrer l'association des villes fortifiées. Les forts Séré de Rivières sont un héritage direct des ceintures défensives  Vauban. Il n'y a que 200 ans d'écart entre les citadelles du XVI et les fortifications du XIX. Il y a tellement de thématiques en commun, architecture militaire, environnement, conservation etc.

NT : Quels sont vos dernières réalisations et vos projets ?

Sophie : Nos dernières réalisations sont la couverture des toitures du musée grâce au concours du département dans le cadre d'un projet européen Interreg IV TransMusSite 1445, 30% de nos achats pour ce poste ont été subventionnés.

Nous avons en cours un dossier de création de gîtes avec Clévacances ainsi que le fameux char FT17 que mon père restaure depuis de nombreuses années. En 2017, il devrait être roulant.

Notre prochain gros projet, c'est l'agrandissement du musée. Nous recherchons un partenaire ou un mécène pour couvrir la cour arrière de fort et permettre ainsi la mise en place de 600m² d'exposition supplémentaire et pouvoir mettre en valeur l'ensemble des chariots, forges, canons et éléments hippomobiles que nous possédons.

NT : D’autres sites et lieux de Mémoire de la région et sur la Métropole sont également concernés par la filière Mémoire et le centenaire. Comment voyez-vous la mise en réseau et la structuration de la destination ?

Sophie : La mise en réseau est déjà en place depuis quelques années grâce au service des musées thématiques du département du Nord et dernièrement les chargés de mission centenaire de Nord Tourisme réalisent un travail de collecte et de promotion conséquent. Il reste cependant un travail d'information et d'éduction à l'histoire à faire au niveau des professionnels du tourisme. Comment être convaincu de l'importance d'un site ou d'une bataille sans bien connaître l'histoire ?

Je pense aussi qu'il faut marier l'offre scientifique et musée de France aux offres associatives et privés du territoire. Ainsi l'expérience du touriste s'enrichira au contact des passionnés.

NT : Quel est votre impression, votre réflexion sur le développement touristique à venir du Nord ?

Sophie : Depuis 18 ans, à la fois acteur et observateur de la sphère tourisme du Nord, je constate qu'elle se développe et s'améliore. Je côtoie des professionnels, des bénévoles et des élus engagés avec succès pour le développement touristique de leur territoire.

Il y a encore des challenges à relever comme la transversalité que ce soit pour la communication ou la mutualisation de moyen. Un allégement de la technocratie serait aussi bienvenu. Pour être efficace, parfois soyons simple.

NT : Avez-vous une anecdote récente pour clore cet entretien ?

Sophie : Prochainement, un grande photo de notre famille dans la cour du Fort sera exposée Gare de l’Est à Paris dans le cadre d'une exposition sur la thématique de la grande guerre .

img