Le Pro du mois

 

Jean_François LOOTS

Nord Tourisme : Pouvez-vous, en quelques lignes, dresser votre portrait et nous faire part de votre parcours ?  

Jean-François Loots :  Jean-François LOOTS, 55 ans, responsable du service CADRE DE VIE à la Mairie de GRAVELINES.

D’abord jardinier dans un parc privé puis à la ville de GRAVELINES depuis plus de 32 ans. Mon métier m’a fait passer de la tondeuse au bureau d’étude, à la conception et au suivi de projet et autres joies des collectivités.

Aujourd’hui je suis ingénieur territorial, membre et délégué régional d’une association professionnelle rassemblant des gestionnaires d’espaces verts public, gestionnaires de tout grade et issus de communes de toutes taille : HORTIS, les responsables d’espaces nature en ville (www.hortis.fr).

La ville de GRAVELINES m’a donné l’occasion de participer à de grands projets, la plantation des patios de SPORTICA en 1986 , la ceinture verte en passant par la réalisation des « chemins de ronde » en 2007, la place Albert DENVERS en 2012…

Nous participons aujourd’hui à la protection de la biodiversité tout en conservant un cadre de vie agréable à la population. Ce cadre de vie s’inscrit dans un paysage lui-même ouvert au tourisme : les fortifications, la plage, les chemins de randonnées, des équipements sportifs qui sont mon quotidien pour mon plus grand plaisir.

NT :  Gravelines est labellisée « Ville fleurie  3 fleurs » et est proposée pour la 4 °fleur cette année. Quelles sont les valeurs portées par ce label ?

JFL :  Le label est un vrai gage de qualité .Cette proposition nous conforte dans notre stratégie de  gestion des espaces verts mise en place depuis quelques années à GRAVELINES. C’est pour nous, au regard du nouveau barème d’évaluation du CNVVF, un bon moyen de nous situer et si nous aboutissons, l’affirmation d’être dans la bonne direction. Le LABEL c’est le respect de la nature, la bonne gestion des arbres, le développement et l’application de nouveaux moyens de production mais aussi des constructions, bâtiments, voirie, éclairage public.

Ce  LABEL est une image forte qui s’imprègne très vite dans les yeux des habitants mais aussi des touristes de plus en plus demandeurs de qualité.

photo JF L 1

NT :  Quelles sont vos relations avec Nord Tourisme, hormis le fait d’être l’un des membres du jury départemental ? Quels sont les services ou outils auxquels vous faites appel  ?

JFL :  C’est le CDT qui nous a mis sur les rails de la labellisation en 1989. GRAVELINES, en 2013, aspire maintenant à une quatrième fleur mais n’oublie pas son parcours ; aussi sommes-nous partenaire avec le CDT dans le cadre du comité technique d’embellissement et du cadre de vie. Nous avons toujours à apprendre mais nous souhaitons aussi partager notre expérience et faire avancer le département. C’est un réseau qui se forme en maillant le département dans les visites de jury ou au travers des journées techniques du CDT, nous créons un lien entre techniciens mais aussi avec des élus de petites communes qui sont souvent directement sur le terrain

Nous nous appuyons également sur des structures existantes comme le FREDON, le CPIE, le CAUE du Nord, HORTIS ou même nos voisins (GRANDE-SYNTHE par exemple) pour améliorer ou conforter nos actions.

 

 

 

NT : Quels sont vos dernières réalisations et vos projets ?  

JFL :  La dernière réalisation… la place Albert DENVERS, je pourrai vous en parler pendant des heures tant elle modifie et améliore aujourd’hui l’animation et la circulation en centre ville. Cette place s’exprime par ses matériaux, son mobilier, ses détails, ses tracés, son éclairage.

Des projets… pleins… la continuité des chemins de ronde, la réalisation d’un jardin de lecture, des jardins familiaux pour les choses qui se voient ; mais aussi d’autres plus techniques, un inventaire faunistique et floristique est en cours, des études sur l’accessibilité de certains jardins seront lancées.

Plus concrètement la poursuite de la réduction des phytosanitaires sur l’ensemble de la voirie, la formation des agents au techniques alternatives d’entretien.

NT :  Quels conseils donneriez-vous aux communes qui  souhaitent s’engager dans le  label « Villes et villages fleuris », le label au service du cadre de vie ?
 
 

JFL :  Le premier : S’inscrire, ensuite …des conseils ? Suivre ce que dit le jury, rencontrer les communes labellisées, venir ou faire venir chez vous des techniciens extérieurs voisins, parler argent, moyens et établir les priorités. Il vaut mieux ne rien faire que mal faire… Ne pas vouloir tout régler sur un exercice, la nature à besoin de temps et il faut parfois donner du temps au temps.

Engager un vrai travail de communication avant, ou en même temps, pour être capable de répondre à la population, engager les élus dans le « combat » réduction des phytos, gestion différenciée, développement durable …  être simple dans ses réalisations, le beau n’est pas forcément spectaculaire.

NT : Quel est votre impression, votre réflexion sur le développement touristique à venir de la destination Nord ?  

JFL :  Le Nord a réussi sa mutation, quoiqu’en disent les clichés, aujourd’hui le nord n’est plus cette « terre noire ». Ceci  se ressentait même avant le film « Bienvenue chez les ch’tis ». Nous avons une palette variée, des événements culturels, des paysages, des monuments, une campagne, des plages, des chemins de randonnée, un patrimoine riche et des gens accueillants. Si, en plus, les villes et villages y ajoutent un cadre de vie agréable, sain, nous pouvons être sûrs de capter cette nouvelle clientèle que nous voyons venir aujourd’hui sur  GRAVELINES ; une clientèle à la recherche de choses simples à partager et à découvrir, proche.

Nous retrouvons ces choses dans les produits du CDT, et les offices de tourismes semblent avoir pris conscience de ces demandes, on ne peut que s’en réjouir.

NT : Avez-vous une anecdote récente pour clore cet entretien ?  

JFL :  Une ancienne qui remonte à mes débuts dans la direction du service des espaces verts. Nous émergions dans le monde du fleurissement et conscients de nos efforts, monsieur Albert DENVERS, Maire à cette époque, me fait savoir qu’il appréciait ce fleurissement, que la population le lui a fait savoir mais qu’il faut faire mieux et ne pas hésiter à voir ce qui se passe chez nos voisins… en l’occurrence, GRANDE-SYNTHE ! Je me rend à GRANDE-SYNTHE et alors que je m’attends à des renseignements sur les engrais, le traitement de nos gazons, des rosiers, la taille des arbres, la palette chromatique  … j’entends parler de « biodiversité », de réduction des « intrants » de plantes « hôtes », de PBI (protection biologique intégrée) et me voici de retour à GRAVELINES avec l’impression d’avoir à réapprendre mon métier…. «  La seule chose qui ne changera jamais, c’est que tout est  toujours en train de changer » Le Yi-King

Ou ;

Notre service CADRE DE VIE reçoit beaucoup de demande de renseignement divers de la part des particuliers, nous sommes le numéro référent pour la population en cas de chantier ou travaux tant en voirie qu’en espaces verts. Je reçois donc un jour une dame qui me montre un « petit pot de bébé » en verre, vide au premier abord, sauf que j’y vois une très jolie chenille. La dame me demande sans détour comment faire pour débarrasser ses carottes de ces « sales bêtes qui mangent tout ! ». C’était une superbe chenille du MACHAON, ce grand papillon un peu nomade, je ne l’avais jamais vu sur GRAVELINES, il était donc présent et cette dame m’apportait sans le savoir la preuve que nous commencions à récolter le fruit de nos efforts dans la gestion naturelle et raisonnée de nos grands espaces proches de chez elle.

 En l’occurrence dans les glacis des remparts nommés « pépinière » à Gravelines où se développaient à nouveau des carottes sauvages.

J’ai récupéré la chenille et l’ai relâché. La dame n’était pas vraiment convaincu de ma démarche mais je dois admettre qu’elle m’a donné une grande satisfaction ce jour-là.

Jean-François Loots - responsable du service cadre de vie à la Mairie de Gravelines - jf.loots@ville-gravelines.fr


img