Le pro du mois

Nord Tourisme : Pouvez-vous, en quelques lignes, dresser votre portrait et nous faire part de votre parcours ?

Après avoir été Vice-président de la Communauté de Communes de Flandre chargé du tourisme et de la Communication, je suis devenu Président de l'Office de Tourisme du Pays du lin. La vie nous offre ensuite l'occasion de passer du collège des bénévoles de l'office de tourisme à celui d’ « acteurs » du tourisme, en devenant, il y a quelques années, propriétaire de la maison attenante à notre habitation que nous avons réhabilités en habitat écologique pour le proposer au grand public. Ne pas rester au niveau des débats, être dans l’action pour montrer que c'est possible … quel challenge !

NT : Labellisé Accueil Paysan, pourquoi ce choix ? Quelles sont les valeurs que porte ce réseau ?

Militant pour défendre la nature, les droits de l'homme, depuis plus de 35 ans c'est tout naturellement que nous nous sommes tournés vers ce réseau. Au commencement du développement  du réseau Accueil Paysan en Flandre, j'avais eu l'occasion de rencontrer ces personnes qui se battaient pour leurs convictions et la reconnaissance de la spécificité de leurs projets.
Accueil Paysan regroupe des agriculteurs et des acteurs ruraux qui développent des activités complémentaires au travers de l’accueil (hébergement, accueil pédagogique, accueil social…). Nous croyons en la force des échanges humains, aux circuits courts avec des productions respectueuses de l'environnement, à l'accueil de tous. Nous nous engageons pour un tourisme solidaire, éthique avec tous les paysans du monde (Accueil Paysan est un réseau international regroupant 33 pays).

NT : Quelles sont vos relations avec Nord Tourisme en dehors d’en être l’un des administrateurs ? Quels sont les services ou outils auxquels vous faites appel ?

Notre éco gîte est labellisé tourisme et handicaps pour les quatre handicaps, la personne de Nord Tourisme chargée de ce domaine nous a sérieusement accompagné durant la phase projet, réalisation et maintenant promotion. La place de marché est un autre service de Nord Tourisme qui revêt, à mes yeux, une importance capitale pour faire connaître les produits de notre secteur. Là également je peux témoigner du suivi de qualité réalisé par les personnes compétentes de ce domaine. A noter, les contacts directs et cordiaux avec ces membres du personnel. 

NT : Quels sont vos dernières réalisations et vos projets ?

Notre dernière réalisation est la création d'un four à pain à feu de bois, four réalisé dans le cadre d'un stage organisé par une association qui sauvegarde les savoir-faire. Chaque ferme possédait son four en Flandre, le maître de stage est venu de Champagne !!!

Autour du four, nous allons proposer des courts séjours pour un public qui recherche l'authenticité, la découverte de la région. Quelle sensation, après une bonne marche le long de l'Yser, de voir la pâte pétrie qui a monté, de sentir ce feu de bois, ce pain cuit, découvrir et redécouvrir, ici chez nous, des choses simples…

NT : Quels conseils donneriez-vous aux hébergeurs, porteurs de projet qui  souhaitent s’engager dans la filière touristique ?

Il est important d'être clair sur ses attentes et ses envies. Si le portage d’un tel projet est de longue haleine, il faut aussi penser à l’après… le fonctionnement, l’organisation, la valorisation de son lieu. Il est important également de définir le revenu que l’on souhaite dégager, quel bénéfice, dans combien de temps ? Pour notre cas par exemple, actuellement notre structure apporte plus de richesse en relations humaines qu'en retour financier. Proposer un hébergement de qualité nécessite des fonds importants malgré les aides du département.

NT : Quel est votre impression, votre réflexion sur le développement touristique à venir de la destination Nord ?

Je témoignerai au travers de ma connaissance du territoire où je réside : c'est indéniable, nous avons du potentiel. Un touriste curieux trouve, dans un rayon de 70 km à partir de Hondschoote, de quoi occuper ses semaines de vacances sans problème.

Les touristes vont au-delà des découpages territoriaux. La couleur du ciel, la météo, décide des destinations de la journée qui seront plus ou moins éloignées.

La visibilité sur Internet est primordiale, c’est le premier vecteur d’information et de communication. Il faut continuer à le développer, l’optimiser  avec l’ensemble des parties prenantes (CRT, ADRT, OT, pays, communautés de communes,…).

L’échange et le moment vécu lors de leur séjour priment. Les accueillis cherchent la rencontre, la relation vraie.

Nous rencontrons de plus en plus de touristes qui expriment une prise de conscience sur l’impact écologique de leur séjour. Le public cherche à donner du sens à ses vacances, à comprendre et découvrir des manières de vivre.

Des offres et des pratiques concrètes existent sur nos territoires, mais elles sont trop souvent classées en « niche » touristique. Le développement durable ne doit pas être abordé de manière trop conceptuelle mais bien comme une expérience touristique à part entière.

Une offre concrète de tourisme durable doit être construite et il est important de valoriser les particularités et les pratiques de chacun !

Il me semble également important d’ajouter un mot sur l’accès aux vacances : c’est un droit auquel chacun peut prétendre. Les professionnels du tourisme peuvent participer et s’engager dans une région où de nombreuses associations d’aide au départ sollicitent les acteurs du tourisme.

Nous allons devoir aussi être encore plus inventifs pour développer de nouvelles formules d’accueil adaptées aux réalités sociales. On part moins souvent, moins longtemps, en proximité. Nous devons aller plus loin dans les propositions faites au public quelle que soit sa condition sociale.

NT : Avez-vous une anecdote récente pour clore cet entretien ?

Nous avons été contactés pour une agence de communication régionale pour tourner un clip publicitaire sur un abattant de toilette dans la salle de bain de notre éco-gîte. C'est la taille de la salle de bain (accueil handicap moteur) et sa qualité de réalisation qui ont entraîné ce choix. Jusqu'à l'arrivée de l'équipe de tournage et de la comédienne, je pensais que c'était un gag !

img